HOME PAGE

Accueil




« Le café du Pont »

parfums d'enfance de Pierre Perret Editions Robert Laffont 20 €





Le bonheur selon Pierrot


« Dis, Papy, le bonheur, c'est quoi ?

  • AAAAh, Petit ! Le bonheur, c'est toujours pour demain, mais fillette, ne prends pas ma main...

  • Mais je suis un garçon, Papy !

  • Pardon, Olivier, je pensais à une chanson magnifique de Pierre Perret . Il en a fait beaucoup, des superbes chansons, le Pierrot !

  • Pierre Perret ? C'est le nom de mon école !

  • Oui, il y en a beaucoup en France.

  • Oui, et même qu'on chante « Ouvrez, ouvrez la cage aux oiseaux », et on nous a lu « Lili »

  • Le Papy, bougonnant : mais pas Blanche, j'espère ! 

Il a écrit des livres, aussi, des chouettes! De la cuisine, des mots, de la cuisine des mots.. »

Eh bien, Grand-Père, voilà que notre ami pierrot s'étend sur le divin divan des mots et nous les dispose en tresses sous le soleil de Castelsarrazin.(Tarn et Garonne)

Son enfance, sa famille, sa ville, sa tendresse, son coeur, l'origine de ses dons, sa vie, quoi, le Pierrot nous les donne. Il accouche d'un récit fondateur: hommage à ses parents transmetteurs du don familial et du rire comme l'un des beaux-arts.De l'amour, il en est pétri, Pierre Perret, et du peuple il est issu. Né en 1934 : il a soixante et onze ans ! C'est difficile à croire. Dans ses yeux de fils de cafetier ont défilé beaucoup de petits bonheurs, même au coeur de l'occupation. Comme Philippe Delerm, issu de Moissac, Pierre Perret a une tendance naturelle a jouir de l'instant. Mais si Delerm reste angoissé depuis qu'il a été arraché à son soleil, Perret, lui, a le sourire et peut se vanter d'être devenu un parigot prince de l'argot.

Attentif à Epicure et toujours présent au monde, le poète populaire nous offre là un magnifique cadeau de fête des Mères...


Annie DAVID


REPRODUCTION INTERDITE

ARTICLE PARU DANS LA CHARENTE LIBRE DU SAMEDI 21MAI 2005