HOME PAGE






« L'Art est difficile »

de J.-B. Harang Julliard 20 €


L'homme qui a vu l'homme qui écrit.


A constater les files d'attentes de passionnés qui se pressent pour les dédicaces, l'auteur a au moins autant d'importance que son oeuvre en littérature. Si ce n'est plus, à une époque où Greg le Millionnaire ou autres transfuges de la téléréalité s'autorisent des autobiographies précoces.

Le critique littéraire de Libération, Jean-Baptiste Harang, sort un florilège de portraits d'auteurs parus sur vingt ans. Il aime prendre le train pour des lieux improbables, à la recherche des âmes étranges de la littérature, qu'ils soient morts ou vivants, du moment qu'une actualité les rappelle à notre bon souvenir.

Parfois il tombe sur un os – Djian- qui lui noue l'estomac, parfois il prend le thé dans la dentelle pour évoquer un cher disparu. Il fouille, il fouine, il suppute, il raccorde les dates de mort du plasticien Chaissac avec la naissance d'Eric Chevillard, il compte les signes, les chiffres oulipiens...

Il passe souvent la brosse à reluire à ses chères Editions de Minuit découvreuses d'auteurs, n'oublie pas d'évoquer les prix littéraires, c'est un critique parisien.

C'est un critique voyageur (un AR Iles Grecques pour confesser Robbe – Grillet entre deux prises de son dernier film) .

Ce qui le fascine dans les livres, c'est l'homme et sa création. En fait , Harang est un excellent écrivain dont je vais de ce pas relire un roman .J'ai l'impression qu'il cherche son déclic dans l'observation de l'auteur, qu'il tourne autour du plongeoir avant le saut de l'ange... Mais écrire ce n'est pas mourir, c'est partir un peu.

Attachez donc J.- B. Harang à son siège et qu'il paraisse aux Editions de Midi. Avec un bon sandwich.


Annie DAVID




REPRODUCTION INTERDITE

ARTICLE PARU DANS LA CHARENTE LIBRE DU 4 DECEMBRE 2004