HOME PAGE






Alberto MANGUEL


Château de la Pouyade à Venat

(Charente)


Borges disait...


Un soir au Château de La Pouyade à Venat avec Alberto Manguel , quelque part hors du temps, un petit groupe de Charentais passionné suspendu à ses lèvres...Un soir avec les questions documentées de Denis Montebello et les réponses claires de l' écrivain – lecteur barbu. Un soir à apprendre le pouvoir des mots écrits sur notre existence et notre inconscient... Regarder le Canadien – Argentin qui s'avoue peu diplômé et que nous reconnaissons nourri de tellement de beautés antiques ou modernes, comprendre que ce sourire malicieux prépare, encore, une citation de Jose-Luis Borges.Il fut les yeux du grand écrivain argentin disparu en 1986. Celui-ci ,devenu aveugle, ne voulait pas perdre la base de tout son art, la lecture. Car sa fierté d'être grand lecteur surpassait celle d'être un écrivain reconnu du monde entier. Aujourd'hui, des sociétés savantes continuent à disséquer l'oeuvre , mais Alberto Manguel est imprégné de l'homme . Et d'autres aussi. Il vient d'écrire la biographie de Rudyard Kipling, cite Aristote et sa vie s'écoule dans sa bibliothèque poitevine, faite sur mesure, là où il veut mourir plutôt que de déménager ! Sa vie est lecture. Il lit en vivant et son quotidien est nourri du livre qu'il revisite , et le le livre change de goût avec les saisons et la lumière, sans doute. Un rapport particulier avec le sens des mots , avec l'art et le bonheur. « Un plaisir qui ne finit pas n'est pas un plaisir qui me tente » dit-il. Et pourtant il aime les livres qu'on ouvre au hasard, les dictionnaires ou « Les notes de Chevet » , écrites par une japonaise au Xième siècle.

Borges disait : « L' Art, c'est peut-être l'imminence d'une révélation qui ne se fait pas » Manguel dit: « Nous sommes en train d'écrire un seul poème dont nous ne savons ni la première ni la dernière ligne »


Annie DAVID


Alberto Manguel « Chez Borges » Editions Actes Sud 12 €

et le dernier paru : Biographie de Rudyard Kipling.

Photos Annie DAVID

Article paru dans la Charente Libre du 23 octobre 2004