HOME PAGE



Les Tiroirs de Mathusalem




Un nouveau jour se lève, frotte tes yeux !

Hier encore le désert peuplé de prétextes mirages ondoyait

Nous voulions nous y perdre à jamais

Nous donnions le change, car dans ce monde étrange

la solitude fait de toi

Une proie

Mais voilà...

Voilà, Petit Prince, ce matin aux couleurs d'été,

en plein Février,

Voilà l'eau d'une source claire

Voilà le chant du merle et les bourgeons du chêne

Et tout le sel de la mer

Et ma main dans la tienne...



Les rosées me réveillent, amour de gouttes distillées

Tout droit venues du ciel marin

Et sur ma main

 Rassemblées

Elles brillent , fraîches , et reposantes.

De ta nuit agitée m'arrivent les embruns, et j'offre mon visage au tien

Et j'offre ma main à ta main,

Je t'offre mon coeur et ma pensée,  ma vie, mon avenir mêlés dans une goutte

De rosée.

 

Ce sera une bonne journée.

Sur la toile d'une épeire diadème irisée un souffle d'amour propage

Tous les espoirs de la lumière

La vie reprend , l'aurore

Colore de tes mots la beauté,

Sous le Chêne je t'embrasserai



Voici que le temps galope avec moi vers tes bras qu'en songe j'ai vus

    Et mon coeur lui aussi mis à nu

    S'emballe.

    Voici que je m'égare au profond de ce bois

    d'Amour où je savais la source claire

    et les oiseaux de feu

    Où diffusait cette lumière

    Que j'appelais de mes voeux

    Voici que le temps m'affole,

    Je veux retrouver cet endroit,

    Ce petit coin de toi

    Où poser ma tête et parfois

    Entendre la merveille qui bat

    L'amble et dit "Toi et Moi, Toi et Moi..."