HOME PAGE









« L'homme-soeur » de Patrick LAPEYRE Ed. P.O.L.

Lire aussi :

« Ma vie parmi les ombres » de Richard Millet Ed. Gallimard

Prix du Livre Inter 2004 : « L'Homme-Soeur »



On évoque à son sujet Tati, il rappelle Lubitsch et Buster Keaton. Cinéphile, le nouveau lauréat du Livre Inter ...

C'est donc à Patrick Lapeyre pour son roman « L'homme-soeur » que le jury du 30 ème Livre Inter a décerné le prix , au troisième tour de scrutin, après cinq heures de délibérations. « L'homme-soeur » relate la dépression de Cooper, dévoré par son amour pour sa soeur, qui vit aux Etats-Unis. Il vit en reclus, recevant parfois un mot , une photo et dévoré par la puissance de son désir.»

C'est un livre comique...à la Buster Keaton, donc.

J'ai chez moi les CD des 5 heures de l'an dernier, puisque j'ai eu le bonheur d'y participer, et croyez-moi, çà en fait de la passion, des rires, de l'émotion, des litres d'eau avant le champagne ! Les souvenirs pour moi sont vivants, puisque je suis toujours en contact avec l'équipe de France Inter, dont l'humanité souriante, l'attention portée à autrui construisent un capital sympathie qui ne se dément pas. Maryse Hazé (fidèle organisatrice de l'évènement) est là avec toute une équipe extra.

Cette année, Nancy Houston , romancière simple, distinguée, intelligente, attentive, dirigeait les débats. Elle avait obtenu ce prix en 1997 avec « Instrument des Ténèbres » Elle a dû être impressionnée de voir comment les livres sont reçus, discutés avec passion , imprègnent les lecteurs de tous milieux, deviennent essentiels à chacun et à tous...

Elle a su distribuer la parole avec talent, dit-on, sous l'oeil attentif du gagnant de l'an dernier, Pierre Péju, qui s'y collera un jour. En attendant, il surveille le film tourné par olivier Assayas sur « La Petite Chartreuse » De ce jury est donc sorti un choix, c'était Lapeyre ou Millet , ce fut Lapeyre. Précisons que le Millet fait près de 700 pages, comme le dernier de Gavalda, mais en plus touffu ! Il semble toutefois être particulièrement attachant lui aussi : il traite de l'enfance de son auteur en Corrèze. Voilà, si vous voulez en être l'an prochain, vous savez ce qu'il vous reste à faire: lire, lire ,lire !


Annie DAVID