HOME PAGE

Accueil









Editions Albin Michel

Latitudes 22,50 €

« Touva » disparaître...


Paris, de nos jours. Sur un stand philatélique, quelques timbres attirent l'attention de Jil Silberstein ... Pour cet écrivain-voyageur épris de cultures oubliées, c'est l'appel du chamane : il doit venir rencontrer le peuple Touva. Ce peuple des confins, doté d'un état indépendant entre Russie et Chine a longtemps bénéficié de l'oubli et opposé une résistance farouche à la sédentarisation. Turcophones, descendants des Huns, à la croisée des moeurs indiennes et Inuits, les Touvas ne vous sont pas inconnus : ces étonnants chants de gorge gutturaux et modulés sur deux tons , lancinants , comme venus d'un autre monde... Vous connaissez leurs yourtes, leur amour des chevaux, ces vieux hommes ridés qui fument la pipe dans des paysages étonnants.

Toutes ces images cachent un peuple différent. Leur respect de la nature nourricière est immense, tous leurs rites tendent à se faire pardonner d'elle. Abattre un arbre, ou un animal ne se fait pas à la légère. Ils sont devenus bouddhistes et restés chamanistes. C'est la Chine qui décida que l'on chercherait désormais au Tibet la réincarnation de Bouddha, et non plus chez les Touvas. Etrange confluent où naît le fleuve Ienissei – de Ene, la mère, autre nom du soleil. La lune est le père, et les prières s'adressent à la Pléiade ou à la Grande Ourse. Les femmes aspergent le thé autour de la yourte chaque matin, et des statues de pierre laissent à penser qu'on ne sait pas grand chose d'eux sur le plan archéologique.

Hélas, « Touva » disparaître, et si la jeunesse ne se mobilise pas comme chez les indiens d'Amérique, la légende de Touva, dans la Taïga céleste, se perdra dans l'alcool et les narcodollars. Heureusement, Jil Silbertein est là, passionné, capable de nous faire avaler sans sourciller 500 pages chaleureuses et pleines d'humour. Un bon moment au bout du monde.


Annie DAVID






Meilleurs Voeux à tous !

Tanti auguri a tutti !

Best wishes to everybody !