HOME PAGE

Accueil








« Zeus hospitalier »

Ed. La Table Ronde 8,50 €


Hospitalité, art vital.


Au commencement de la société était l'hospitalité... Ferment de toutes les religions, elle est ce qui distingue l'homme du sauvage. Disparaît-elle, et la violence redouble avec la xénophobie. Etranger, qu'apportes-tu avec toi ? Que risques-tu d'emporter ? Pour le savoir, il faut échanger, envisager, prendre sur soi le risque d'aimer...

Le philosophe René Schérer nous propose , avec « Zeus hospitalier », de faire le tour de ce principe essentiel , « la folie de notre époque », l'hospitalité. Substituer à la crainte de l'étranger la joie de l'accueillir, belle et difficile entreprise !

Plus les peuples sont pauvres, plus ils connaissent ce devoir sacré qui est en même temps partie de leur instinct de survie : c'est l'échange qui trame le monde, et sans hospitalité point de connaissance, de communication, de mélange des genres, des gènes, des arts et des techniques.

Il est difficile d'accueillir chez soi, avec soi, en soi, quand on est persuadé de sa supériorité. L'hospitalité, il ya des lieux pour ça, comme pour la tolérance : des hôtels, des chambres d'hôte, toutes sortes de tampons entre « eux » et nous. Le problème est la part d'abandon de soi, de partage matériel , d'ouverture morale, sentimentale, sexuelle également que nécessite l'hospitalité.

A travers des exemples judicieux, avec un langage assez clair pour vous donner envie de penser, cet éloge de l'hospitalité écrit par René Schérer en 1991 pendant la guerre du Golfe revient aujourd'hui au moment opportun. Un livre essentiel.


Annie DAVID



REPRODUCTION INTERDITE

ARTICLE PARU DANS LA CHARENTE LIBRE DU VENDREDI 18 NOVEMBRE 2005